L’emprise de la musique

 »-. Asseyez-vous… Je vais jouer pour vous. Que désirez-vous entendre ?-. Tout d’abord, elle lui joua un passage de Schuman qui rappelait le nouveau sentiment chimérique et vague né dans le parc avec une telle soudaineté. Ensuite, elle joua un peu de son Chopin bien-aimé, et termina par la sonate Appassionata. Elle joua comme elle ne jouait que pour lui, qui l’écoutait de la même manière, écroulé dans son fauteuil, les yeux mi-clos, ses cheveux d’or ondulés tout ébouriffés, de l’air d’un être intoxiqué de musique.

30x40cm  »Lulu l’homme-orchestre », galerie Z’ Artistes

Elle dut s’apercevoir alors, pour la première fois, qu’entre son frère et cet étranger existait une certaine ressemblance, une faculté de sauvage abandon qui était terrifiante. Aujourd’hui, tout ce qui si longtemps était resté muré dans l’amertume de son âme secrète sortit à flots et déborda dans la musique. Et à cela s’ajoutait un 🔥 nouveau, une chaleur soudaine qui lui parurent étranges. Elle éprouva une curieuse envie de partager tout ce qu’elle possédait, un désir bizarre, douloureux, tout proche des larmes. Il en était ainsi, peut-être, parce que l’amour lui apparaîtrait toujours de cette manière l’apogée sauvage et passionnée des sens qui trouve sa manifestation dans un accord surnaturel de l’âme. » Louis Bromsfield (Emprise)

3 réflexions sur “L’emprise de la musique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s