Le bain de pieds

 »-. Tout en parlant, elle tira devant elle un baquet plein d’eau posé près de sa chaise, et y plongea les pieds avec un soupir de soulagement. Mi-attendrie, mi-amusée, Honora la regarda tortiller voluptueusement ses orteils ornés d’une floraison de cors, oignons et durillons, conséquences de ses années de service d’infirmière.-. Dieu, que c’est bon ! Une minute de plus… Et je tombais raide…
Un bruit de pas familiers l’interrompit. -. Trouvez-vous convenable. Major, de prendre un bain de pieds dans un lieu public ?-. Cela dépend du lieu. Et des pieds, Madame. Excusez mon manque d’usages, mais je suis venue directement du Front à la base 15, et je n’étais pas habituée à un tel confort. Cependant, je dois admettre que ce pied n’a rien de convenable. Il est déformé, et franchement laid, à cause des mauvais traitements que je lui ai infligés au nom de l’humanité souffrante. Mais, par ailleurs, reconnaissez de votre côté que l’existence d’un service de neurologie comme le nôtre, aussi scandaleusement dépourvu de personnel, n’a rien non plus de très convenable…- » Colleen MacCullough (Un autre nom pour l’amour)

Poème de William Butler Yeats 50x60cm « Eternel Féminin », vendu,

3 réflexions sur “Le bain de pieds

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s