L’enfant de la brousse

 »-. Patricia venait d’atteindre ses douze ans. Des mèches dorées par le ☀️, la frimousse couverte de tâches de rousseur, les yeux brillants d’intelligence et la lèvre gourmande, sa beauté rayonnante ne passait pas inaperçue. Ceux qui la rencontraient étaient frappés par le charme de ce garçon manqué, vivant constamment en salopette rapiécée, baskets éculés et coiffé d’un vieux bob enfoncé sur sa chevelure couleur de 🌽 mûr.

Si la vie quotidienne à Likouma n’était pas toujours des plus faciles, les Wallon avaient parfaitement conscience de leurs privilèges. Séjourner dans un endroit aussi exceptionnel que Sambu-Mara valait tout l’or du monde, et, chaque dimanche, avant le repas de midi, ils en remerciaient le Seigneur. Le problème de la scolarisation de Patricia s’était posé. Isolés à Likouma, ses parents avaient décidé de lui faire la classe à l’aide d’ouvrages adaptés. Pour compléter cette éducation de base, elle fut inscrite en France à des cours par correspondance. Compte tenu des goûts de cette enfant de la brousse, l’objectif était de lui faire passer un bac mention sciences, suivi d’une licence de biologie. Avec ses parents, elle utilisait le français. L’anglais était la langue usuelle des visiteurs. Elle s’exprimait en swahili pour communiquer avec les Kenyans. » Christian Zuber (Le Roi des éléphants)

3 réflexions sur “L’enfant de la brousse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s