Sa dernière toile

 »-. Il pleuvait toujours lorsqu’au matin elle sortit de la chambre, décidée à commencer l’inventaire des peintures. Des nappes d’eau ruisselaient sur les vitres, isolant l’atelier derrière des parois de froide lumière nacrée.

Une toile rousse et grise, éclaboussée d’or pâle, lui faisait face, fermée sur son sens. Elle n’avait jamais pris la peine de la regarder vraiment, au contraire, elle l’avait évitée, sachant que c’était la dernière qu’il eût peinte, alors qu’il était et se savait malade. Frappée par sa force, son aérienne densité, elle la contempla un moment sans rien y comprendre. Puis elle devina quelque chose comme un grand vaisseau spatial arraché à l’attraction terrestre, entrant tous 🔥 éteints dans la 🌃 du cosmos. Mais ce n’était pas que cela, c’était aussi, selon, une autre lecture, un masque, un ancien visage d’où la vie lentement se retirait. Il y avait dans cette figure de proue condamnée au départ, à l’errance, une telle puissance tragique qu’elle détourna les yeux, et chercha sur les murs la joyeuse dynamique des peintures antérieures. » Claire Bonnafé (Le guetteur immobile)

3 réflexions sur “Sa dernière toile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s