Paysages de guerre

 »-. Avec quelques cris en allemand, des rugissements de moteur, des hurlements de klaxon, des grands gestes des soldats, le convoi quitta Kantorovic, une hameau d’une demi-douzaine de 🏡 de bois groupées autour de l’église, intact, mais abandonné. Les camions suivaient des chemins à une voie, passant devant des granges incendiées, des 🏡 éventrées, des moulins renversés, des églises en ruines, des écoles sans fenêtres ni toit, traversant un terrain retourné et labouré par les obus au milieu des troncs d’arbres calcinés.

40x40cm « La maison abandonnée », galerie La meilleure façon d’habiter

Le paysage cependant ne ressemblait pas aux champs de bataille des films et livres de guerre. Ce n’étaient pas des étendues grises de terre morte et nue, des barrages de barbelés, des tranchées creusées en zigzag. Ces champs et ces bois étaient verdoyants. Les moissons attendaient. Seuls les habitants étaient étrangement absents. C’était un peu comme si des envahisseurs de Mars, sortis d’un roman de H.G Wells, étaient passés par là avec leurs machines à trois pieds, atomisant ou dévorant les humains, et ne laissant que de vagues traces de leurs passage. » Hermann Wouk (Le souffle de la guerre)

2 réflexions sur “Paysages de guerre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s