La 🌃 rouge

 »-. On aurait dit un tableau sur lequel se seraient succĂ©dĂ©s deux peintres. Le premier aurait tracĂ© le contour d’une ville et, Ă  l’intĂ©rieur, les masses de couleur qui en structuraient les grands volumes. Des gris, des ocres, des roux, des bruns chauds, des neiges et des verts, et du gris et du bleu pour le ciel, les ☁ et la brume. Le second serait arrivĂ©, aurait trouvĂ© l’oeuvre sublime et, ne voyant plus rien qui pĂ»t amĂ©liorer la perfection de ces camaĂŻeux, se serait contentĂ© d’ajouter, ici et lĂ , quelques touches d’or dĂ©licates. Afin que vivre l’ensemble lorsqu’un rayon de ☀ les effleurait.

Ces touches d’or, Liouba et Oleg les avaient sous les yeux. C’Ă©taient les dĂŽmes et les coupoles de toutes les Ă©glises de Moscou. -. Tu te souviens du mot de Tcherkov ? On ne voit bien Moscou que du Mont des Moineaux-. Il avait arrĂȘtĂ© la voiture sur le bas-cĂŽtĂ© de la route. Une brise lĂ©gĂšre gonflait les cheveux de Liouba. La ville s’Ă©talait Ă  leurs pieds. Il est des lieux chargĂ©s. » Pierre Rey (Liouba)

2 réflexions sur “La 🌃 rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s