Mère en temps de guerre

 »-. Comme elle en a l’habitude, Thérèse Camoin s’agenouille sur le prie-Dieu de sa chambre, sous le crucifix de bois et de cuivre accroché au mur. – . Souvenez-vous, Seigneur, de ceux qui nous ont quittés. Gardez-les en votre sainte protection-. Edmond, son mari, un peu avant la guerre, et Victor, son fils unique, il y a quelques mois à peine. -. Qu’avais-je à expier, Seigneur ? Nous n’avions pas fauté-.

Elle se relève en tenant ses genoux douloureux. Elle avait conçu Victor très tard, alors qu’elle s’était accoutumée à l’idée de n’avoir jamais d’enfant. Aujourd’hui, Thérèse va sur ses soixante-cinq ans, mais les dernières années, les derniers jours, ont compté double. Elle n’est qu’une blessure géante, physique et morale. Ses traits émaciés, son regard presque aussi clair que ses cheveux blancs tirés en chignon traduisent une désolation aride. » Yann de l’Écotais (Le Vieux Port)

3 réflexions sur “Mère en temps de guerre

  1. L’image traduit bien ce texte émouvant. Ce billet m’interpelle puisque je viens d’aborder le sujet dans ma dernière publication  » La cause martyre ». La femme et l’enfant sont les principales victimes de ces guerres.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s