Les chasseurs dans la garrigue

 »-. Après l’épopée cynégétique des Barjavelles, je fus d’emblée admis au rang des chasseurs, mais en qualité de rabatteur, et de 🐕 rapporteur. Tous les matins, vers quatre heures, mon père ouvrait la porte de ma chambre, et chuchotait. –. Veux-tu venir ?-. Nous sortions sans faire de bruit. L’oncle Jules refermait la porte à double tour, et il allait mettre la clé sur la fenêtre de cuisine, dont il repoussait les volets.

30x40cm « Regain », galerie Bons baisers de…

L’aube était fraîche. Quelques planètes apeurés clignotaient, toutes pâles. Nous montions, tout le long de l’aurore, jusqu’aux pierres rouges de Redouneou. Nous arrivions ensuite, marchant dans l’ombre en file indienne, au jas de Baptiste. C’était une antique bergerie où notre ami François dormait quelquefois avec ses chèvres. Là, sur la longue plaine qui montait, les rayons rouges du ☀️ nouveau faisaient peu à peu surgir les pins, les cases, et, comme un ⛵ qui sort de la brume, la haute proue du pic solitaire se dressait devant nous. Les chasseurs descendaient au vallon. » Marcel Pagnol (Le 🏰 de ma mère)

2 réflexions sur “Les chasseurs dans la garrigue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s