Les Demoiselles du bordel

 »-. Parce qu’elle tenait un commerce dédié au plaisir des hommes, Madame Georges ne les craignait pas. -. N’aie pas peur des hommes, ma petite. Ils ont autant besoin de nous que nous d’eux. Pas de raison de t’écraser, jamais. Retiens ça-. Avec le temps, j’eus accès au Salon Bleu, la pièce où aucun mâle n’avait le droit de pénétrer. Là, les filles se reposaient entre deux clients, bavardaient ensemble. De semaine en semaine, elles s’habituèrent à moi, cessèrent de contrôler leurs sujets de conversation. Et je découvris enfin ce qui advenait entre les hommes et les femmes, sous toutes les coutures avec toutes les variations. J’appris l’amour comme un cuistot découvre la gastronomie en séjournant dans la cuisine.

« La Demoiselle », pastels secs, galerie Femmes, Femmes, Femmes Est-ce là la visiteuse, ou une des demoiselles du bordel ? A vous de choisir...-

Par amitié, l’une d’elle m’autorisa à me servir de la Trappe Madame, cette ouverture ménagée dans chaque chambre pour que Madame surveille un client suspect. Ainsi, de douze à dix-sept ans, je fréquentai assidûment le bordel de Madame Georges, qui devint mon second foyer. Car, aussi incroyable que cela paraisse, une telle tendresse s’était tissée entre nous que Madame Georges gardait mes visites secrètes. Nous avions en commun une intense curiosité des autres, curiosité qu’elle avait satisfaite avec la prostitution, puis la lecture. » Éric-Emmanuel Schmitt (La Rêveuse d’Ostende)

2 réflexions sur “Les Demoiselles du bordel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s