La 🌃, rue de Saintonge

 »-. Tard dans la 🌃, venait un moment dans la rue de Saintonge où le bruit de la ville ne s’entendait presque plus. Les passants y retenaient leurs pas, troublés par ce calme qui, en plein Paris, leur rendait un passé provincial depuis longtemps oublié. Mais rares étaient ces visiteurs dont le passage ouvrait à peine un passage dans le silence qui, telle une eau dormante, se refermait derrière eux. Et, après minuit, il n’y avait presque jamais personne pour contempler ces 🏠 couleur de cendre adossées à l’obscurité.

Laure Rivière savait cela depuis longtemps. Et pourtant, une imperceptible peur la quittait, quand la porte cochère de sa vieille demeure s’était abattue derrière elle dans un fracas retentissant. Elle se dirigeait à tâtons vers la confuse clarté de la cour, guidée par l’odeur de campagne qui montait de ses murs envahis par le lierre, puis s’arrêtait un moment devant la façade à demi ruinée de l’antique hôtel dont elle était jusqu’au matin l »unique occupante. Levant la tête vers les fenêtres éteintes, elle rassemblait ses forces, différant de quelques secondes encore le moment d’affronter l’espace agrandi et comme démesuré qui l’attendait au troisième étage. Enfin, elle se décidait à presser sur le bouton de la minuterie, et l’escalier surgissait de la 🌃, ample spirale de pierre intacte en dépit de ses marchés penchées et disjointes. » Claire Bonnafé Le guetteur immobile).

2 réflexions sur “La 🌃, rue de Saintonge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s