La duègne

 »-. Dame Léonarde, la mère noble de la troupe, était tout de noir vêtue comme une duègne espagnole. Des coiffes d’étamine encadraient sa figure grasse à plusieurs mentons, pâlie et comme usée par quarante ans de fards. Des tons d’ivoire jauni et de vieille cire blémissaient son embonpoint malsain, venu plutôt de l’âge que de la santé.

Comédienne depuis son enfance, Dame Léonarde en savait long sur une carrière dont elle avait successivement rempli tous les emplois, jusqu’à celui de duègne, accepté si difficilement par la coquetterie, toujours mal convaincue des ravages du temps. Léonarde avait du talent, et toute vieille qu’elle était, savait se faire applaudir, même à côté des jeunes et jolies, toutes surprises de voir les bravos s’adresser à cette sorcière. » Théophile Gautier (Le capitaine Fracasse)

2 réflexions sur “La duègne

Répondre à Francine Hamelin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s