Le cambrioleur

 »-. Bien respirer. Un. Deux. Un. Deux. Lorsqu’il arriva au palier, ce qu’il vit le cloua d’effroi. Trop tard ! Un homme parcourait lentement le salon sous les rayons obliques envoyés par la 🌙. Sur les murs, son ombre gigantesque impressionnait davantage, découvrant un menton dur, des mâchoires lourdes et de curieuses 👂 en pointe. Silencieux, méticuleux, il soulevait chaque coussin, chaque plaid, essuyait les étagères à l’aveuglette. Maurice retint son souffle. Le calme de l’intrus le terrifiait autant que sa présence. Par accrocs, la lumière mercure touchait son 💀 chauve. Le colosse ne se cognait ni aux meubles, ni aux canapés, comme s’il connaissait déjà cette 🏠, continuait d’ausculter les lieux, tâtant deux fois, trois fois les mêmes endroits. Que cherchait-il ?

-. Non, Maurice, ne sois pas stupide, ne confonds pas avec le 💷 que tu lis. À la différence de La Chambre des noirs secrets, cette demeure ne recèle sûrement pas un manuscrit contenant la liste des enfants qu’auraient eus ensemble le Christ et Marie-Madeleine. Ne te laisse pas impressionner. Cependant, il y a quelque chose ici. Une chose unique que veut le colosse inconnu, lequel ne cherche pas pour la première fois… Quoi donc ?-. Le plancher du couloir vibra. L’intrus revenait. » Éric-Emmanuel Schmitt (La Rêveuse d’Ostende)

2 réflexions sur “Le cambrioleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s