La vie simple de l’🐦

 »-. Il me semblait, à moi, que ces petites bêtes, libres dans les bois, étaient heureuses, n’ayant souci de rien, se levant avec le ☀️, se couchant avec lui, et, le jabot bien garni, dormant tranquilles la tête sous leur aile. Pourtant, je venais à penser aussi que l’hiver elles n’étaient pas trop à leur affaire, lorsqu’il gelait fort et que la neige était épaisse. Il y en avait alors qui devaient jeûner. Les perles, les grives, les geais trouvent toujours quelque grain de genièvre, quelques prunelles de buisson, des baies de viorne ou de sureau, ou encore quelques cerises restées à la cime de l’🌲.

Mais les autres pauvres petits oisillons ne trouvent plus de graines, ni de bestioles à picorer, et si la neige tient, si le froid est dur. Affaiblis par le jeûne, une 🌃 où il gèle à pierre fendre, ils tombent morts de la branche. Et restent là, le bec ouvert, les plumes hérissées, les pattes roides. D’autres fois, c’est un 🐈 sauvage qui, dans l’obscurité, monte à l’🌲 et les emporte. Ou encore un chasseur à l’allumage, qui vient avec sa lanterne, tandis que tout dort. Et, d’un coup de palette, assomme les imprudents qui sont juchés trop bas. Ah ! Il y a de la misère pour tous les êtres sur la terre. » Eugène LeRoy (Jacquou le Croquant)

30x30cm « Noiseau », galerie Bestaire

4 réflexions sur “La vie simple de l’🐦

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s