Au lavoir

 »-. C’était à cet endroit de la rivière que Madeleine aimait à se rendre pour laver, elle était sûre de n’être point dérangée. Madeleine avait frotté, brossé, battu toute la journée sous le ☀️. Plusieurs fois, elle s’était redressée, elle mouillait son front et son bonnet, elle se sentait la tête vide. À la fraîcheur de l’eau, ses idées peu à peu se remettaient en ordre. Elle essorait le linge de la Grande-Métairie, il fallait se garder de lâcher un morceau dans le courant, ce trou là-bas lui avait par deux fois emporté une menue pièce de linge, elle l’avait vue disparaître en tourbillonnant.

50x70cm « Lundi, jour de lessive », vendu, galerie Femmes, Femmes, Femmes

Elle avait enfin terminé, tordu le dernier drap, la toile mouillée était lourde, pesante comme une vie. Elle entassa le linge dans la brouette, elle cala le battoir, le savon, dans le garde-genoux. Elle n’avait plus d’énergie… La roue de la brouette s’enfonçait dans le sol détrempé d’éclaboussures. Madeleine n’avait plus de forces, elle poussait, tirait, la brouette testait sur place. Elle se mit à genoux, elle creusa la terre. Elle entra dans l’eau calmement, elle n’eut que quelques pas à faire. Elle se laissa aller lorsqu’elle sentit le tourbillon qui la happait, elle ne se débattit pas. » Michelle Clément-Mainard (La foire aux mules)

2 réflexions sur “Au lavoir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s