Christine part-en-guerre contre les idées reçues

Installée tranquillement au grand air, je tirais le pinceau. Ce sont les inconvénients, ou les avantages c’est selon, du direct, un mini-groupe de promeneurs fait alors cercle et conversation. Mon bouquet de fleurs les intrigue, les interpelle, je dirais presque les dérange, tant il leur semble incongru de peindre, sans modèle, un sujet imaginaire qui n’a rien à voir avec le paysage environnant.

50x60cm « Le bouquet d’anniversaire », galerie Dites-le-avec des fleursUne toile simplissime, mais qui a suscité d’autant plus de commentaires qu’elle ne correspondait pas à l’interprétation du paysage environnant. Mesdames et Messieurs, hélas, je ne peins pas « sur le motif »… mais je m’imprègne de l’ambiance
  • Êtes-vous une professionnelle ? – Si vous entendez par là, est-ce que je gagne ma vie avec mes tableaux, hélas, certes pas beaucoup. Quel peintre, à part les plus connus, peuvent se targuer de remplir leur compte en banque s’ils n’ont pas un métier annexe et alimentaire, parfois éloigné du monde artistique ? De même pour la plupart des écrivains, musiciens, poètes, la liste est longue de tous ceux qui oeuvrent par passion et pour non une quelconque rémunération.
  • – Avez-vous fait une école d’art ? Là encore, la réponse est NON. Je suis une autodidacte, ce qui ne veut pas dire que je ne connais pas les techniques, trucs et astuces des diplômés. D’ailleurs, j’en apprends tous les jours…
  • Est-ce que vous exposez ? OUI, lorsque les circonstances sanitaires le permettent, ce qui veut dire que mon activité est à l’arrêt depuis de nombreux mois, et que les perspectives s’assombrissent.
  • Où peignez-vous ? – Très rarement en extérieur, il faut que les conditions climatiques et environnementales le permettent. Sinon, chez moi, où je possède un atelier bien installé. Ainsi que dans une structure associative, où j’interviens hebdomadairement en qualité d’animatrice.
  • Où prenez-vous vos idées ? – Dans ma tête, dans ma pauvre tête.
  • – Où trouvez-vous la patience ? – Dans ma passion.
  • Mon conseil. – . Faire la chasse aux idées reçues n’autorise pas à considérer le public en ennemi. Il faut toujours relativiser, garder le sourire et une pointe d’humour, lorsque l’on accepte de rencontrer, ou tout du moins de tolérer, du public dans un espace dédié à la peinture.

4 réflexions sur “Christine part-en-guerre contre les idées reçues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s