Solitaire

 »-. On devient malheureux, mais on naît solitaire. La solitude est une maladie dont le virus est inconnu et l’évolution irréversible. Parfois, dans sa chambre meublée (si peu) de Ville-d’Avray, Julien Legris, à la poursuite du miséricordieux sommeil, tentait de refaire le chemin qui l’avait conduit à ce désert glacé de la soixantaine. Mais, aussi loin que portait sa mémoire, il ne revoyait qu’une plate étendue. Nul événement capital, nulle date mémorable n’émergeaient pour baliser la route. Cette grande épaisseur de temps, Julien pouvait la déchiffrer d’un seul coup d’œil car elle s’étendait invariable, à perte de souvenir.

Au reste, son souci n’empruntait aucune des couleurs théâtrales qui, par leur excès même, l’eussent consolé. Ses sentiments restaient à l’échelle d’un vocabulaire mesuré où transparaissait la timidité des humbles en face des mots. Pour parler de ses chagrins, il disait mes ennuis. Il disait c’était dur en parlant de Verdun et je suis fatigué lorsqu’il était malade. Il faut avoir des loisirs, et une certaine fortune pour adorer ou souffrir atrocement. En fait, Julien ne s’était jamais trouvé dans le cas d’affronter un grand malheur. La vie s’était contentée de le pousser sur la touche, de l’éliminer progressivement comme fait l’organisme d’un corps étranger. » Paul Guimard (Rue du Havre)

4 réflexions sur “Solitaire

  1. Ping : Solitaire — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s