Les noces d’or

 »-. Ce bruit me fatigue. Tous ces gens qui ont un peu bu, et beaucoup mangé rient haut, gesticulent, s’interpellent. La bonne humeur générale est pesante lorsque l’on n’y participe pas. Et je me sens un peu étranger dans cette fête dont je suis pourtant le centre, prisonnier de cette famille congestionnée qui paiera cher, cette 🌃 même, les excès de foie gras, de 🍰 et de Sauternes. Très cher. Je le dis en connaissance de cause, car je n’ignore rien des foies, des vésicules biliaires, des artères qui m’entourent. Et le cousin Jean qui parle. Qui parle…

30x30cm « Philémon et Baucis »

-. Il est, hélas, trop à la mode de se moquer des traditions bourgeoises, d’en railler les travers et le conformisme. La réponse, la voici, un demi-siècle de bonheur sans ☁️. Ces noces d’or qui, cette année, rendent si émouvant notre réveillon familial, sont l’aboutissement d’une union fondée sur le respect, l’estime mutuelle et aussi l’amour. Car, mon cher docteur, et vous, chère cousine Madeleine, vous ne m’en voudrez pas de rappeler qu’à la base de votre bonheur, il y eut un 💒 d’amour, un coup de foudre, comme on dit ! Tous ceux qui, autour de cette table, ont connu André et Madeleine dans leurs jeunes années le savent aussi bien que moi, et... » Paul Guimard (Rue du Havre)

2 réflexions sur “Les noces d’or

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s