La vie rêvée de la forêt

 »-. Comme dans toutes les régions équatoriales à hygrométrie saturée, il existe au Gabon deux types de forêts. La forêt primaire, sombre et dense, forêt vierge aux 🌲 immenses, fromagers de plus de cinquante mètres, ébènes et okoumés précieux, arbres à pain aux volumineux fruits verts régal des autochtones… Et la forêt secondaire qui protège la première de son rempart inextricable. Les 🌲 y sont moins hauts, les fleurs plus nombreuses, plus colorées. Dans l’une comme dans l’autre, les lianes exubèrent.

Pour traverser les rivières, Fangs et Batékes, les deux principales ethnies du Gabon, construisent dans la jungle des ponts suspendus, à partir de lianes plus ou moins tressées, qui ne se traversent que pieds nus. Je ne les connais que sur papier glacé. La forêt de la Mondah n’est qu’à trente kilomètres au nord de Libreville… Demain ! Une voix me ramène à la réalité :-. Faire de l’auto-stop ici, c’est plutôt dangereux pour une fille seule. Comme partout d’ailleurs. Tu n’as vraiment pas le trac !– » Nicole Viloteau (La Femme aux serpents)

3 réflexions sur “La vie rêvée de la forêt

  1. Ping : La vie rêvée de la forêt – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s