C’est une petite princesse !

 »-. Le lent travail commença. Henry attendait, il guettait le petit prince… Tout à coup, l’enfant fut là. Quelqu’un se précipita, une nourrice maladroite qui, en une seconde, enleva toute illusion. -. C’est une princesse !-. Ce fut affreux. On crut qu’Henry allait s’évanouir. Anne murmura faiblement. -. Henry… Qu’avez-vous ?-. Il éclata, sans retenue, devant toute la Cour accourue pour voir la petite fille, celle qui devait être Élisabeth, la plus grande Reine d’Angleterre. –. Par le Christ ! Vous m’avez fait ça ! Vous avez osé… Une fille ! Qu’ai-je à faire d’une fille ? J’aurais préféré un garçon, même s’il eût été fou, aveugle, pestiféré..? Vous m’entendez, imbécile, vous que je n’ai épousée que pour avoir un garçon…

Anne pleurait, et finalement le Roi en fit autant. Toute l’assistance y alla de sa larme. -. Vous ne voulez pas voir votre fille ?-. Ma fille ! Une fille ! Comment osez-vous m’adresser la parole!-. Et, pour la première fois, il lui jeta au visage le mot qui devait la conduire plus tard à l’échafaud. -. Sorcière !-. Vers le soir, Henry revint, on l’avait calmé. Peut-être s’était-il calmé lui-même. » Pierre Berger (Henry VIII ou les amours de Barbe-Bleue)

2 réflexions sur “C’est une petite princesse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s