La Muku-Sawine d’août

 »-. La 🌙 Volante, la mi-été profonde et somnolente, régnait sur toute la terre de Kiwatine. De la baie d’ Hudson et depuis les Hautes Terres jusqu’au bord des Grandes Solitudes, les forêts, les plaines et les marécages gisaient dans la paix et l’oubli sous les jours baignés de ☀️ et les 🌃 peuplées d’étoiles. Cette Muku-Sawine d’août était la 🌙 de croissance, pendant laquelle la vie sauvage reprend toute sa plénitude.

Car les pistes de cette région désertique, qui embrasse seize cents kilomètres de l’est à l’ouest et autant du nord au sud, étaient vides, plus que jamais, de vie humaine. Ses quelques milliers de chasseurs et trappeurs, avec leurs femmes et leurs enfants, s’étaient réunis dans les postes de la Compagnie de la Baie, éparpillés sur ce domaine immense du croc et de la griffe. Pour dormir, bavarder et se distraire pendant ces courtes semaines de chaleur et d’abondance, avant de recommencer les luttes et tragédies d’un autre hiver. Pour cette raison, pour la gent forestière, la Muku-Sawine constituait la grande récréation de l’année. Dans ces poste où ils s’assemblaient comme à une grande foire, ils contractaient de nouvelles dettes, ou établissaient de nouveaux crédits, s’adonnaient aux jeux ou s’engraissaient en prévision d’interminables jours de privation et d’ennui. » James-Oliver Curwood (Nomades du nord)

4 réflexions sur “La Muku-Sawine d’août

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s