Le mauvais écolier

 »-. Il y avait une fois un homme du Moyen-Âge qui s’appelait Alexandre Mirette. Le poitrail massif, le ventre avalé, la jambe nerveuse, il circulait, royal et pouilleux, le long des 🏠 basses, et les femmes se détournaient, fouettées par son regard insolent. Il avait fréquenté, jadis, les doctes cours de la rue de Fouarre, mais il ne lui restait de cette époque studieuse que le souvenir de quelques discours latins et d’une grande fatigue. Il se rappelait avec horreur les réveils frileux au petit matin, comme cinq heures sonnaient au couvent des Carmes, la descente à pic dans l’escalier noir, le gros verrou tiré, la marche trébuchante, lanterne au poing et fronde à la ceinture, par les rues désertes où les 🐱 détalaient à son approche.

30x40cm « Diplômée es études« , galerie Chemins de spiritualité

Dans l’écurie qui servait de salle de leçons, il y avait un tabouret pour le maître, et des bottes de paille pour les élèves. Huit chandelles éclairaient leur troupeau dense et nauséabond. Leurs ✋ engourdissement de froideur les plumes maladroites. Les genoux démangeaient sous le scriptorial à encrier de corne. Et tandis que bourdonnait la voix grave du maître, les puces vous mangeaient les fesses furieusement. Mirette renonça vite à ses ambitions intellectuelles pour les plaisirs plus accessibles de la chair et de la barrique. » Henri Troyat (Les ailes du 😈)

2 réflexions sur “Le mauvais écolier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s