Alcool de singe

 »-. Dans mon enfance, j’ai entendu la savoureuse histoire suivante. Avec son accent rocailleux, où les terminales roulaient drôlement entre nez et gorge, le père Leroux, des Conches . Rondes, près du vieux moulin à l’orée de la forêt, me raconta, il y a bien longtemps, ce récit que j’ai adapté du patois pittoresque du bonhomme.

En ce temps-là, j’étais encore jeune. Un matin, j’étais dans mon hangar de roseaux, en train de faire des grappes tressées d’oignons. Quand voilà Pennetreau qui arrive comme un fou. –. Viens vite, il y a une grosse barrique ensablée au pied de la dune. Il faut la vider pour pouvoir la remuer. Prends une pincette-. Un moment après, nous arrivons près d’un fût de belle taille. Et déjà il y avait pas mal de gars du village qui tournaient autour. Un coup de pincette bien placé laissa couler un beau liquide jaune d’or. C’était de l’eau-de-vie des Charentes, pour sûr ! En attendant que les femmes, alertées, apportent des récipients pour étancher le tonneau, les hommes goûtèrent la liqueur. Puis, pour être certains, il goûtèrent à nouveau à plusieurs reprises, tant est si bien qu’à midi, tout le monde était dans un état proche de l’ivresse…  » À suivre !

2 réflexions sur “Alcool de singe

Répondre à Francine Hamelin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s