L’appareil à fabriquer les rêves

 »-. Après quinze jours de travail intensif à huit clos, avec explosions contrôlées, vrombissement de courroies galopantes, fumées de soufre et pannes d’électricité, on lui présenta l’appareil à fabriquer les rêves. Le mécanisme était fort simple, et il paraissait surprenant que personne n’en eut, avant, découvert le principe. Il s’agissait d’une sorte d’hélice à palettes translucides, montée devant un foyer lumineux et actionnée par un mouvement d’horlogerie.

La vitesse de la rotation projetait ces palettes diversement colorées devant la lampe, et une lueur changeante rayonnait hors de l’engin vers le visage du dormeur. Le nombre de tours à la minute, l’alternance des teintes, la direction du placement d’air et le tintement d’une clochette adventice devaient suffire, selon l’inventeur, à commander les rêves de tout un chacun. Il avait établi un dictionnaire des songes, gros de 237 pages, où les thèmes oniriques étaient représentés par des équations. Le commanditaire demeurait sceptique, on lui proposa d’essayer l’appareil, mais il déclina cette offre. Il ne rêvait jamais. Tout au plus, lors de digestions difficiles, lui arrivait-il de voir, la 🌃, sur le fond de ses paupières closes, une marguerite qui s’effeuillait au vent. C’était vraiment peu de chose. L’expérience méritait un terrain moins ingrat. » Henri Troyat (Les ailes du 😈)

60x60cm « Le temps du rêve« , galerie Chemins de spiritualité

4 réflexions sur “L’appareil à fabriquer les rêves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s