L’année où j’ai lu l’Atlantide

-. Il n’y a plus de bons auteurs. Époque pourrie-. Il lança quand même pêle-mêle les titres de La Chartreuse de Parme, Voyage au bout de la 🌃, Les Vacances de la comtesse de Ségur, Les Yeux d’Ézéchiel sont ouverts d’Abellio… On l’interrompit avec L’Éducation Sentimentale, Lord Jim, Mobby Dick, Les Trois Mousquetaires, L’Île au trésor. Et L’île mystérieuse, de Jules Verne ? Puis, l’un des membres réclama le silence, pour placer avec le respect qui convenait Guerre et Paix, de Tolstoï. On avait largement dépassé les dix 💷.

120x40cm « L’étagère aux livres »

-. Pour moi, le plus beau des romans, c’est L’Atlantide, de Pierre Benoît. J’étais une fille plutôt ingrate de traits, ne sachant que faire de mes ✋ et de mes pieds. Mon refuge était l’étude, et les livres. Mon tuteur, qui commençait à s’intéresser à mes résultats, me dosait les 💷 avec plus de parcimonie que les sucreries-. Quand tu auras treize ans, tu pourras lire Le Mouron Rouge. Quand tu auras quinze ans, tu pourras lire Les Trois Mousquetaires. Quand tu auras dix-sept ans, tu pourras lire L’Atlantide-. Cela voulait dire, tout te sera permis. Combien d’années ai-je rêvé de l‘Atlantide, qui était devenue le symbole de mon émancipation ? En même temps que L’Atlantide, j’ai eu le droit de lire Capitaine Conan. Les garçons, au cinéma, cherchaient à m’embrasser. Quelle année !- » Jean-François Deniau (L’île Madame)

2 réflexions sur “L’année où j’ai lu l’Atlantide

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s