Caviar… ou dessert ?

 »-. Le sens qui compte, c’est l’odorat. Dans les sacrifices anciens, les prêtres offraient aux Dieux le fumet des viandes. -. Ça leur permettait de garder pour eux les bons morceaux !-. Tout est dans la tête, j’y reviens. Le sixième sens de la gastronomie, c’est l’idée, c’est l’imaginaire. Il y a deux siècles, on ne jurait que par les ortolans. Le caviar était un plat de pauvres. Vous voyez des gens riches aller manger des œufs de 🐟 ?

-. La tête ou le ❤️, je veux dire le sentiment. Stendhal a écrit –Il n’y a que deux choses que j’ai vraiment aimées, Saint-Simon et les épinards-. Au-delà du goût et de l’odorat, on aime, ou on n’aime pas. Ceux qui ne sont pas amoureux ne peuvent pas comprendre. -. Il reste les desserts. Dans les festins de Shéhérazade, on servait sept variétés de compotes et confitures, au gingembre, au poivre, à la cardamome, à l’eau de rose, à la fleur d’oranger, au 🍋…– » Jean-François Deniau (L’île Madame)

2 réflexions sur “Caviar… ou dessert ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s