Le vent qui porte les fleurs

 »-. Cette chemise en cuir renferme quarante-huit lettres, écrites entre les années 1844 et 1871. Cette correspondance est une correspondance amoureuse. Les deux amants ne connurent jamais le bonheur de vivre ensemble. Le jeune homme fut envoyé en pension en Angleterre. La jeune fille devint l’objet d’une surveillance étroite. Par désespoir, elle épousa un homme plus âgé qu’elle, rencontré en voyage, par hasard. Et lui s’engagea dans l’armée britannique. Alexandre, comme vous l’avez compris, voyagea de par le monde. Dans les enveloppes de ses lettres, il glissait régulièrement des graines exotiques que Clara semait dans sa serre.

50x50cm « Les fleurs d’ailleurs », galerie Dites-le avec des fleurs

-. C’était donc cela, toute ma vie j’ai vu ma mère entourée de fleurs inconnues de nos régions. Sa serre était un écrin où les plus belles variétés du monde semblaient s’être donné rendez-vous. Je lui avais demandé d’où provenaient certaines espèces rares, elle m’avait répondu. -Le vent qui porte les fleurs a un nom. Il s’appelle l’Amour-. Elle était coutumière de ces réponses qui me désarçonnaient. Je m’en étais tenue là. ». Jean-Guy Soumy (Les affluents du ciel)

3 réflexions sur “Le vent qui porte les fleurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s