Au plaisir de PEINDRE

Une de mes élèves, adepte des vide-greniers, proposait sur son stand, entre autres babioles à petit prix, un lot de toiles peintes par ses bons soins. Un confrère, dont l’outrecuidance est bien connue, lui propose d’acheter le tout à un euro pièce. –. Mais pourquoi faire ?- demande l’innocente. -. Parce que c’est une bonne affaire ! Je n’ai qu’à passer une primaire d’impression, m’exprimer sur le support et vendre bien cher MON oeuvre dont la fourniture ne m’aura quasiment rien coûté !– . Goujat ! L’affaire ne s’est bien entendu pas conclue…

Tout comme ne s’est pas conclue une demande surprenante, alors que je peignais en public. Un spectateur, visiblement satisfait par mon travail, m’interrompt et me tend une photo d’enfant. -. Ma fille ! Faîtes-moi donc son portrait. -. Je ne suis pas portraitiste, vous ne seriez probablement pas satisfait… Bon, si vous y tenez vraiment, parlons conditions…-. Parce que ce n’est pas gratuit ? Je pensais que vous barbouillez pour le plaisir !

Ovale 50x70cm « Portrait de Lily-Jeanne », vendu, galerie Femmes, Femmes, Femmes

Mon conseil. -. Mieux vaut avoir bon caractère lorsque l’on prétend PEINDRE, les rencontres avec le public peuvent prendre une tournure inopinée et livrer quelques anecdotes, dont on rit après coup et qui ramènent à une saine modestie…-. L’artiste peint d’abord par plaisir, pour son plaisir… qui n’est pas forcément celui des autres.

5 réflexions sur “Au plaisir de PEINDRE

  1. Notez que ce ne sont pas des pauvres qui s’expriment ainsi goujatement… J’ai vécu la chose : Je publiai parfois, il y a quelques années, des nouvelles, dans un hebdomadaire, lequel est racheté un beau jour par un monsieur qui arrive en bonne place dans le classement des fortunes françaises. Je suis présentée à lui. Lui me dit,  » chaque semaine vous nous fournirez une nouvelle », puis, riant, « mais je vous préviens, ici c’est gratuit. » Une journaliste présente, et moi-même sommes restées sans voix.

    Aimé par 1 personne

  2. Depuis que j’ai dépassé la cinquantaine je ne prends plus de pincettes et j’ai développé le coup de pied au cul à la hauteur d’un art comme il se doit ! je ne regrette que ce temps perdu avant pour tenter d’être diplomate, montrer un « bon caractère » qu’au fond je n’ai jamais véritablement possédé. ( j’aurais adoré que ça soit vrai, mais hélas ce n’est malheureusement pas le cas et je me fais encore souvent avoir, rire !) Bonne journée Christine 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s