La harpe et sa harpiste

 » . Parlons harpe, s’il vous plaît. Je connais peu l’instrument dont vous jouez si bien-. Toi, mon bonhomme, ce n’est pas la harpe qui t’intéresse, mais la harpiste-. Or, Madame Bizardel s’y connaissait en dragueurs d’après-concert. Sous prétexte de complimenter Mirose, de réclamer un autographe ou de solliciter un conseil d’instrumentaliste, musiciens ou mélomanes, généralement d’âge mûr, tentaient d’approcher d’un peu trop près la jolie harpiste.

30x40cm « Récital« , galerie Z’Artistes

Cette dernière comptait sur l’expérience et la clairvoyance de sa cousine pour évincer les importuns. Répétitrice, chauffeur, garde du corps, Charlotte Bizardel était parfaite dans tous ces rôles. Si certains admirateurs étaient d’allure honnête et encore assez solides pour transporter jusqu’à la voiture de l’artiste une harpe de soixante kilos, Charlotte les embauchait tandis que Mirose prenait place dans l’auto. Une fois la fragile chose douillettement couchée dans sa housse capitonnée de molleton, elle leur claquait la porte au nez et démarrait sans plus s’occuper d’eux. » Maurice Denuziere (L’amour fou)

3 réflexions sur “La harpe et sa harpiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s