Au service des élégances

 »-. Le couturier peut sembler modeste. Dites-vous bien qu’il ne l’est jamais. Se comparant volontiers au Grand Roi, il sait ce qu’il vaut et croit ce qu’on lui en dit. Il est convaincu de se trouver en marge de la foule et au-dessus d’elle. Ce manque de modestie l’entraîne à être à la fois ombrageux et d’une incroyable susceptibilité. À la fois impatient du blâme et avide de louanges, il veut à tout prix qu’on parle de lui. Les journaux sont son constant souci, et leurs emplacements, titres, en-têtes et photographies, un cauchemar toujours renouvelé. La hantise de ne pas occuper la place à laquelle il croit avoir droit et la crainte de la voir prise par un autre tournent à l’obsession. » Maggy Rouff

 »-. Pour un créateur, la présentation est une épreuve douloureuse. Quand les rédactrices de mode écrivent que mes chapeaux sont des pots de fleurs renversés et que mes femmes ont des épaules de footballeurs, je souffre. C’est une bataille, et elle est plus juste avec les acheteurs. Au moins, ils connaissent le métier… Pensez qu’on photographie mes mannequins en 👗 du soir sur des patins à roulettes !- » Hubert de Givenchy

 »-. C’est un métier passionnel !- » Yves Saint-Laurent

30x40cm  » Le petit dressing de Christine », galerie La meilleure façon d’habiter

2 réflexions sur “Au service des élégances

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s