Le savant fou

 »-. Si seulement mon cousin avait pu être persuadé de se laisser soigner, il n’aurait pas connu le sort qui attend tout mortel lorsqu’il tente de franchir des frontières interdites à l’homme. Mais il prenait de haut toutes mes suggestions, et me répondait que c’était lui le docteur, pas moi. C’est à peu près à cette époque que mon cousin décida de ne plus quitter son laboratoire. Il donna des ordres pour ses repas, qui devaient être déposés sur un plateau, devant sa porte. Je lui signifiai mon désaccord, mais il ne voulut ni ouvrir la porte, ni sortir. Son alimentation subit, elle aussi, un changement. Jusque-là, il avait bu beaucoup de café, maintenant, il en était dégouté, il paraissait préférer des nourritures de moins en moins compliquées, viande, pommes de terre, 🥗, 🍞, et ne témoignait plus d’aucun goût pour les petits plats bien cuisinés.

30x40cm « Le petit laboratoire de Christine », d’après le Spoutnik du jardin des histoires de Pougne-Hérisson, galerie Faussaire

La musique qui coulait à flots du laboratoire devenait de plus en plus primitive, des chants polynésiens, d’Indiens primitifs et autres folklores de même style. Il ne jouait plus autre chose. C’étaient des sons d’une inquiétante étrangeté. Cette musique persista, affreusement monotone, plus d’une semaine. Mais, une 🌃, le phonographe, après avoir donné des signes de fatigue, dut se détraquer, car il s’arrêta tout à fait. Nous ne l’entendîmes plus jamais par la suite. » August Derleth Lovecraft (La fenêtre à pignon)

2 réflexions sur “Le savant fou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s