Tu fais frire un oignon… Puis tu ouvres le frigo… et…

Je la connais depuis plus de vingt ans, et je l’apprécie pour ses qualités et ses défauts, sachant que c’est réciproque. Elle fréquente avec assiduité l’Atelier du Jeudi, plus d’ailleurs par désœuvrement que par réelle envie de PEINDRE. Je la pousse à prendre des risques, à sortir de sa zone de confort qui consiste grosso modo à copier, non sans talent d’ailleurs, des cartes postales de paysages. -. Dis, si, pour changer, pour imaginer ou seulement broder autour, tu peignais ces 🌻 ?– Aie! Qu’ai-je proposé là ! -. Tu sais bien que je ne copie pas les tableaux de maîtres. Après Vincent van Gogh, comment oser !-. Comment t’expliquer que tout, tout, tout s’interprète, sans se copier forcément… Mon amie est fine cuisinière, depuis longtemps elle n’a guère besoin d’un livre de recettes pour préparer un repas digne d’un grand chef. –. Je suis admirative. Comment fais-tu ?-. -. Tellement facile. Tu fais frire un oignon, puis tu ouvres le frigo. Et, en fonction des ingrédients, tu improvises un plat… Pas besoin d’être un chef étoilé.-. C’est pareil en peinture. Tu poses ta toile sur le chevalet, tu barbouilles un fond. Puis, en fonction de ton humeur, du sujet qui t’inspire, tu prends ton pinceau… On les peint, ces tournesols ?– . Euh…-

. Dis, Christine, tu te moques de moi, ton tableau, que tu prétends inspiré par Les 🌻 de Van Gogh, ressemble à tous tes autres tableaux de fleurs !-. N’est-ce pas ? C’est pourtant quasiment du travail de faussaire. J’en ai repris l’esprit, la composition, le tracé, puis changé les 🌻 en roses, le jaune en nuances bleu-roseviolet pour une ambiance différente, j’ai signé Christine, et voilà un tableau de maître, qui te fait un clin d’œil complice !-

50x70cm  »Les Roses », d’après Les tournesols de Vincent van Gogh, galerie Faussaire. –Copié-collé sur la bonne idée de Vincent, on modifie le format, les couleurs, les fleurs et on signe… Christine

Mon conseil. -. Mieux vaut ne pas trop se prendre la tête, tout en y mettant tout son ❤️ et ses compétences. La peur de mal faire paralyse les meilleures volontés, et tant d’autres ont réussi, réussissent ou réussiront mieux que vous et moi une recette gastronomique ou un tableau plein d’inventivité, de lumière et de subtilité. Est-ce une raison suffisante pour ne pas essayer ? -. Dis, Christine, tu la mijotes quand, ma recette aux petits oignons ?. Euh…-

2 réflexions sur “Tu fais frire un oignon… Puis tu ouvres le frigo… et…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s