L’enfant paraît

 »-. Luka avait d’emblée étonné tout le monde par le seul fait de naître, parce que son frère Haroun avait déjà dix-huit ans quand sa mère Soraya, âgée elle-même de quarante et un ans, donna le jour à un deuxième beau petit garçon. Son mari Rachid en perdit la parole, puis comme toujours se mit à parler beaucoup trop. Dans la chambre d’hôpital de Soraya, il prit son fils nouveau-né puis le bombarda de questions. -. Qui l’eût cru ? D’où viens-tu, mon pote ? Comment es-tu arrivé jusqu’ici ? Qu’as-tu à dire pour ta défense ? Comment t’appelle-tu ? Que vas-tu devenir quand tu seras grand ? Qu’est-ce que tu veux ?

Il avait également une question pour Soraya. -. À notre âge, quel est le sens d’un tel prodige ?-. Rachid avait cinquante ans à la naissance de Luka, mais, à ce moment, il s’exprimait comme n’importe quel jeune père tout novice, interloqué par le poids de nouvelles responsabilités, et même un peu effrayé. Soraya reprit le bébé et calma le père.-. Il s’appelle Luka, et la signification de ce prodige est que apparemment nous avons mis au monde un garçon capable de renverser le cours du temps, de faire couler à l’envers et de nous rendre notre jeunesse-. » Salman Rushdie (Luka et le 🔥 de Vie)

2 réflexions sur “L’enfant paraît

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s