À nous deux, Venise !

 »-. Le malheureux est persuadé, en quelque prétentieux tréfonds, qu’il va être visité par un chant inédit, et sera le premier à dire la ville comme elle ne l’avait jamais été avant lui. Il ignore, ce pauvre amoureux, que Venise, depuis des siècles, a été courtisée par tous les tons et sur toutes les musiques. Courtisane entre toutes illustre, elle a reçu tous les hommages. Elle écoute toujours ceux qui continuent à lui faire la cour. Mais, sur son visage, il y a le sourire intérieur des très belles femmes aux charmes un peu voilés par l’âge, auxquels des jeunes gens jurent à genoux des amours éternelles.

30x30cm « L’heure d’Or à Venise« , galerie Bons baisers de

Elles écoutent, indulgentes, elles sourient et quand les jeunes gens, plus tard, leur présentent leurs jeunes épouses, elles sourient encore puis sont vaguement désespérées. -. Oui, mon petit, je sais que tu m’aimes, je sais que tu es désespéré, je sais que si je ne te cède pas tu te tireras, me jure-tu, une balle dans la têteAllons, relève-toi, cesse de sangloter et va donc épouser la jouvencelle qui te fera de beaux enfantsMoi, je suis la plus belle, mais aussi la plus vieille. Vas, tu m’auras aimée. Il est temps de nous dire adieu... » Jean Cau (Croquis de mémoire)

3 réflexions sur “À nous deux, Venise !

  1. Ping : À nous deux, Venise ! — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s