Les rochers de géants

 »-. La marche que l’on reprend après une première halte ne se passe jamais comme avant qu’on se soit arrêté. Quand ils se remirent en route, Jill remarqua que le bord rocheux de la gorge s’était rapproché. Que les rochers se dressaient plus haut qu’auparavant. Ils étaient, en fait, comme de petites tours de pierre. Et quelles drôles de formes il avaient !

-. Je crois bien que toutes ces histoires de géants pourraient bien venir de ces drôles de rochers. Si on venait ici à la tombée de la 🌃, on pourrait facilement prendre ces tas de cailloux pour des géants. Non mais, regardez un peu celui-là ! On pourrait presque imaginer que cette bosse au sommet est une tête. Et puis les trucs qui dépassent de chaque côté ressemblent tout à fait à des oreilles. Des oreilles horriblement grandes, mais les géants ont de grandes oreilles, comme celles des éléphants. Et… Oooh !-. Son sang se glaça. La chose s’était mise en mouvement. C’était vraiment un géant, pas d’erreur, elle avait aperçu en un clin d’œil le grand visage stupide aux joues gonflées. Toutes ces choses étaient des géants, pas des rochers. Il y en avait quarante ou cinquante, tous alignés, les pieds au fond de la gorge et les coudes posés sur le bord, exactement comme des hommes appuyés contre un mur, des hommes oisifs par un matin ensoleillé, après le petit déjeuner. » Clive Staple Lewis (Le monde de Narnia)

3 réflexions sur “Les rochers de géants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s