Presque Parfait

 »-. Du côté de mon Languedoc, faute de Celtes, d’Avernes, de Vikings ou de Germains, nous exhumâmes nos ancêtres cathares. Et quelques doux intellectuels frottés d’absconse poésie se mirent avec ardeur à jouer les Parfaits, et même à se faire un nom localement glorieux en pratiquant cet exercice. Alors, dans tel village, surgissait un vieil érudit dont personne n’avait encore entendu parlé, ou un curé retrouvait un manuscrit illisible qu’il maniait non sans frayeur.

50x50m  »Messire Guilfred, moine et guerrier », galerie Chemins de spiritualité

Et Trencavel de Carcassonne, Raymond de Toulouse, Esclarmonde de Foix, et nos troubadours, princes d’amour courtois, et nos martyrs cramés, pilés, écartelés aux quatre coins de notre Occitanie, retrouvaient une sorte de jeunesse. Nous étions entre nous, et ne craignions plus d’être moqués par Paris, englouti là-bas, en haut, quelque part dans le Nord barbare. Et moi-même j’eus des vapeurs cathares qui réchauffèrent mes joues imberbes. Je ne suis même pas tout à fait sûr de n’avoir point rêvé, oh ! Très vite ! D’être Parfait, et plus chaste que Parsifal. On a, à quinze ans, de brèves crises d’ascétisme qui ne sont jamais que des remords d’ardeurs trop folles… » Jean Cau (Croquis de mémoire)

2 réflexions sur “Presque Parfait

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s