Novembre

 »-. Alors il revint vers l’est, attiré par l’instinct de ses ancêtres. Il retournait vers le pays de sa mère Nouzac et de son père Souminitik. Les 🌃 devenaient de plus en plus fraîches. Les étoiles paraissaient plus lointaines, et la 🌙, au-dessus des forêts, avait perdu sa teinte sanguine. Le cri du plongeon avait une expression mélancolique, une note de douleur et de lamentation.

40x40cm  »Tipi », galerie La meilleure façon d’habiter

Dans leurs huttes et sous leurs tentes, les gens de la forêt, humant l’air des matins de gel, enduisaient leurs pièges d’huile de 🐟 ou de graisse de castor, fabriquaient leurs mocassins, réparaient leurs raquettes et leurs traineaux. Car le cri du plongeon les avertissaient que l’hiver descendait lentement du nord. Et les marais devenaient silencieux. La femelle de l’élan n’appelait plus ses petits, au lieu de son meuglement, on entendait dans les plaines ou dans les terres brûlées la fanfare de défi des mâles, et l’entre-choc mortel des cornes sous les étoiles. Le 🐺 ne hurlait plus pour entendre sa voix. Les pattes feutrées couraient avec des précautions de chasse furtives. Dans toute la forêt, le sang recommençait à couler rouge. Novembre arriva. » James-Oliver Curwood (Nomades du Nord)

3 réflexions sur “Novembre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s