Do you speak… Le langage de la peinture ?

Je livre à la réflexion de mes lecteurs une anecdote intrigante. Je viens d’exposer, pour la première fois depuis que nous fûmes confinés, en l’excellente compagnie d’un aéropage de peintres du coin. Lors du vernissage, un citoyen britannique se montre fort intéressé par une de mes toiles. Et me le fait discrètement savoir. Jusque-là tout va bien, sauf que Gary, puisque tel est son prénom, a jeté son dévolu sur un tableau agrémenté d’un poème dont il ne comprend pas le premier mot. Cherchez l’erreur… Je le lui traduis grosso modo, plutôt grosso que modo d’ailleurs, car le message est complexe. Peu importe le texte, Gary me fait confiance, l’affaire se conclut. Tableau et acheteur repartent pour Birmingham, tous deux fort satisfaits l’un de l’autre…

Faut-il en conclure que, peu importent le titre ou même le discours, ce qui compte en peinture, c’est le coup de coeur ? J’avoue que cette petite histoire me fait réfléchir, moi qui m’amuse à traduire en coups de pinceau colorés mes lectures favorites. Voilà qui me fait redescendre sur terre, et me ramène à une saine humilité, je produis un travail bien inutile… Il est probable que la peinture possède son propre langage, peu importe l’emballage, ou peut-être même l’intention que l’artiste, tout à sa création, croit, naïvement, y mettre…

50x50cm, encadré dans une boîte américaine, ‘‘La boîte à Mawé’‘, galerie La meilleure façon d’habiter -Vendu à un sujet de Sa Gracieuse Majesté la reine d’Angleterre, en dépit (ou peut-être à cause) d’un poème auquel il n’a strictement rien compris… Ce tableau est un 🎁 pour sa femme Marcyn, bien vu !-

Mon conseil. -. Les expositions de peinture ne sont pas à dédaigner pour qui veut faire connaître son oeuvre. Surtout lorsque lesdites expositions possèdent un large panel d’artistes, si possible dans des registres différents. Lesquels attirent chacun leur public et en font bénéficier les autres exposants. Il est est toutefois relativement rare d’y conclure une vente, d’autant plus que l’on ne peut décrocher le tableau qu’en fin d’événement. On est plutôt présent pour se faire connaître, prendre des contacts, discuter avec les visiteurs. -. Une jolie petite boîte contenant des cartes de visite s’accroche facilement sur la grille ou les cimaises et permet au visiteur intéressé de prendre ultérieurement contact, en toute discrétion. À bon entendeur, salut !

3 réflexions sur “Do you speak… Le langage de la peinture ?

  1. Inutile non puisque probablement il t’est utile à toi ce travail en premier lieu Christine. Et c’est vrai que ce que perçoit le public n’est qu’une partie vraiment infime de celui-ci, la sélection de ce que l’on expose étant déjà une sorte de baromètre de notre propre humilité. Bonne journée 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s