Autant en emporte Notre-Dame

 »-. Je m’arrêtai sur le pont de la Concorde et considérai avec amitié le coude que forme la Seine. Sur le fleuve flottait une écume d’objets, de morceaux de bois, de débris innombrables qui glissaient vers leur destin. Quelques-uns, serrés les uns contre les autres, s’étaient réfugiés dans un petit golfe. Le courant les soulevait, les recouvrait ironiquement, et parfois en arrachait des fragments pour les lancer au milieu du fleuve.

Mes yeux couraient d’une rive à l’autre. Tantôt mon esprit remontait le courant et tantôt s’y abandonnait. Je voulais tantôt chercher des causes, des motifs et tantôt j’acceptais volontiers mon ignorance, ma simplicité. Dans le lointain, entre les tours de Notre-Dame, je vis apparaître le printemps. Puis, un vent s’éleva, immense, et s’agita comme le plus grand drapeau que j’eusse jamais vu durant ma vie. » Philippe Soupault (Les dernières 🌃 de Paris)

40x60cm « Notre-Dame-de-Paris« , galerie Bons baisers de...

3 réflexions sur “Autant en emporte Notre-Dame

  1. Ping : Autant en emporte Notre-Dame — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s