La barricade Saint Antoine

 »-. Mais, au fond, que fut juin 1848 ? Une révolte du peuple contre lui-même. La barricade Saint Antoine était monstrueuse. Elle était haute de trois étages, et large de sept cents pieds. Elle barrait d’un angle à l’autre la vaste embouchure du faubourg, c’est à dire trois rues.

50x60cm « Ghirelli Square »
50x60cm « Insula »
50x70cm « Favella »

Ravinée, déchiquetée, dentelée, hachée, crénelée d’une immense déchirure, contre-butée de monceaux qui étaient eux-mêmes des bastions, poussant des caps ça et là, puissamment adossée aux deux grands promontoires de 🏠 du faubourg, elle surgissait comme une levée cyclopéenne au fond de la redoutable place qui a vu le 14 juillet.

50x70cm « Oh, mon New York !« 
Diptyque 50x80cm « Rose est ma cité »
60x80cm « Lumière dorée sur Barcelone »

Dix-neuf barricades s’étageaient dans la profondeur des rues derrière cette barricade-mère. Rien qu’à la voir, on sentait dans le faubourg l’immense souffrance agonisante, arrivée à cette minute extrême où une détresse veut devenir une catastrophe.

25x30cm « La cité au bord de l’eau »
50x50cm « La cité d’Ys »
30x30cm « La grande nuit »

De quoi était faite cette barricade ? De l’écroulement de trois 🏠 à six étages. -. Démolies exprès-, disaient les uns. -. Du prodige de toutes les colères-, disaient les autres. Elle avait l’aspect lamentable de toutes les constructions de la haine. On pouvait dire. -. Qui a bâti cela ?-. On pouvait dire aussi. -. Qui a détruit cela ?-. C’était l’improvisation du bouillonnement. » Victor Hugo

50x60cm « 123, ruelle des Fleurs »
40x40cm « La cité qui rêvait d’arbres »
40x60cm, vendu, « La cité en couleurs »

Mon conseil. -. Tant de façons, en peinture, de représenter la ville, ses rues, ses squares, ses 🏡, sa quiétude ou sa turbulence, ses bas-fonds ou ses beaux quartiers. Que chacun choisisse son camp, ou fasse preuve d’éclectisme, sachant que ledit éclectisme n’est pas forcément la qualité première de l’artiste-peintre….-. Qu’importe l’interprétation artistique, Victor Hugo nous met tous d’accord. Qu’est-ce qu’une rue, un quartier, des 🏡 ? Tout peut, ici à la faveur de la fureur du peuple, là à la merci d’une catastrophe naturelle ou de la folie meurtrière des hommes, s’auto-détruire. – Mais il faut toujours, toujours, toujours garder espoir, tout peut s’auto-reconstruire, puis se peindre !

3 réflexions sur “La barricade Saint Antoine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s