Les boxeuses du Moulin Rouge

‘-. Nous allons au Moulin Rouge, il y a les boxeuses. Viens-tu ?-. Dans le hall, envahi par l’assourdissant tumulte des cuivres et flambant de lumière, le spectacle s’efforçait à prendre quelque solennité. Près du bar où ses amis l’attendait, La Caille, songeur, s’assit et regarda. Du promenoir, des loges, des galeries grouillantes, une énorme clameur salua les boxeuses en maillot qui défilèrent. Le ring violemment éclairé occupait le milieu de la salle. Il y eut une minute de silence. L’orchestre laissa la parole à l’arbitre qui annonça le combat.

50x60cm « Moulin rouge« 

Les soigneurs préparaient l’éponge, les serviettes, à leur poste. Madame Choupe et Madame Clotilde se serrèrent la ✋, puis on attacha les gants et la première, aux couleurs jaune et noir, attaqua. Le public des loges applaudissait, celui des galeries conspuait on ne sait qui. Dans le promenoir, des esthètes fourbus faisaient l’éloge de la boxe et les souteneurs leur riaient au 👃. Le tumulte grandit. Si les deux combattantes ne s’animaient pas, la foule criait. Et chacun s’énervait et chacun reprochait à l’arbitre, aux chronométreurs aux soigneurs indifférents, aux femmes et à son voisin de n’y rien entendre et de favoriser les apparences. Quand, brusquement, l’orchestre joua La Marseillaise. » Francis Cargo ( Jésus La Caille)

Une réflexion sur “Les boxeuses du Moulin Rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s