Je suis venu, et je t’ai vue

 »-. Et puis, j’avais mis, en plus, des lunettes noires, et un chapeau melon. J’étais assis à la terrasse du Petit Café. La voiture est arrivée, tu conduisais… C’était une petite torpédo noire, toute neuve, qui tournait comme une montre. Tu t’es rangée le long du trottoir, à dix mètres de moi. Honoré avait une superbe casquette blanche, un veston à martingale, et la lorgnette en bandoulière. Il est descendu le premier. Il a couru pour t’ouvrir la portière. Et, comme tu descendais, j’ai vu ta jambe jusqu’au genou.

40x50cm « Cinquante nuances de femme », vendu, galerie Femmes, Femmes, Femmes

J’ai dû devenir pâle comme un mort. Tu avais une 👗 bleue avec des revers blancs, et un grand chapeau de paille claire. Tu semblais une jeune fille de la rue Paradis… Tu as pris le bras d’Honoré. Il avait bien raison d’être fier et de sourire à tout le monde. Il avait l’air de quelqu’un de bien, de solide, il faisait jeune, parce qu’il était heureux. Moi, je devais avoir l’air vieux. Alors là, j’ai senti que je t’avais perdue, perdue pour toujours. Je me suis levé, et je suis parti, avec ma petite moustache et mon joli chapeau melon. Et je n’ai plus voulu te voir…’‘ Marcel Pagnol (César)

3 réflexions sur “Je suis venu, et je t’ai vue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s