Exodus

 »-. En 1946, alors, ces citoyens de nulle part s’accrochent à un seul espoir, rejoindre en terre promise le foyer national de Palestine. Mais la Palestine est encore sous mandat britannique. Soucieuse de ses intérêts arabes, la Grande-Bretagne interdit l’immigration juive. Quand un rafiot chargé de réfugiés arrive en vue d’un port, il est arraisonné.

50x50cm « Migrations »

Quand, après l’arraisonnement de l’Exodus, trois ⛵- prisons britanniques arrivent dans les eaux françaises, en rade de Port-de-Bouc, les réfugiés y sont entassés, à fond de cale, depuis dix jours. Les femmes enceintes sont nombreuses. Il y a des malades. Les conditions d’hygiène sont atroces. Ils sont assiégés, harangués. Ils disent. – France, merci, mais nous voulons la Palestine-. Ils céderont -, pensent les Anglais. Les jours s’écoulent, ils ne cèdent pas. Parqués, encagés, soutenus par l’organisation sioniste, ils s’obstinent. En tout, cent trente-huit passagers, sur quatre mille cinq cents, seront, au bout de vingt jours, descendus à terre. Alors, la Grande-Bretagne avise, les trois ⛵-prisons vont aller décharger leur cargaison humaine là où elle aurait dû, en somme, rester. En Allemagne ! » Françoise Giroud (Extrait d’article dans le journal L’Express)

3 réflexions sur “Exodus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s