L’ange de la solitude

 »-. Il lui semblait souvent que sa vraie vie devait se dérouler sur un plan imaginaire, auquel les vivants n’avaient point un accès. Et où seul rôdait, confuse menace, l’ange de la révolte et du désespoir. C’est pourquoi elle se réfugiait dans les 💷, seuls compagnons de son existence spirituelle. Pourtant ils lui laissaient dans la bouche un goût de cendre. Elle traversait le parc, s’arrêtait sous un 🌲. L’ombre même y était étouffante. Un cri d’enfant lui parvint, par une fenêtre du premier étage.

-. Philippe vient de se réveiller… Des enfants à moi ? Jamais ? Il est bien laid, tout rouge, sanglé dans sa peau trop étroite, avec cette minuscule bouche baveuse. Si cependant…-. Et sa pensée même disparut, fit place à une indistincte, inconsciente aspiration qui montait en elle vers l’image d’un petit être, aussi laid, aussi ridicule que Philippe, qui serait d’elle, qu’elle aimerait. Elle haussa brutalement les épaules, à quoi bon tant rêver ? Seule. Elle serait seule, encore et toujours seule. Le sentiment de sa solitude, qu’elle avait déjà depuis bien des années en elle, elle ne l’avait, pendant longtemps, éprouvé que comme une chose provisoire. Maintenant, cela devenait presque une angoisse. Certains jours, elle se sentait épuisée par lui, comme usée par l’intérieur. -. A quoi bon ?– » Daniel-Rops ( Mort où est ta victoire ?)

2 réflexions sur “L’ange de la solitude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s