Des larmes d’or

 »-. Larmes ! Larmes ! Larmes ! Dans la solitude de la 🌃, les larmes , Qui coulent sur le sable blanc, Les larmes. Pas une 🌟 au ciel, dĂ©sert nocturne, Les larmes coulant humides des yeux d’une tĂȘte voilĂ©e. Mais qui est ce fantĂŽme đŸ‘» ? Cette forme obscure en larmes ? Cette masse informe cassĂ©e, abattue, lĂ , sur le sable, qui est-ce ? Ruisseau des larmes, hoquets d’une bouche gonflĂ©e de cris de folie, Ouragan levĂ© en corps, galopant Ă  foulĂ©es amples sur la plage ! Sauvage, abominable vent ouragan de la 🌃, Qui crache le dĂ©sespoir ! Ombre si passive, si plaisante dans le jour, d’allure si composĂ©e, si rĂ©glĂ©e, Qui s’envole, la 🌃, nul qui la voit. Ah, ce dĂ©chaĂźnement d’ocĂ©an des 🌊, Larmes ! Larmes ! Larmes ! » Walt Whitman (Feuilles d’herbe)

Facile Ă  PEINDRE, ce tableau Ă  peine esquissĂ© d’un visage, fĂ©minin bien entendu car, parait-il, les femmes larmoieraient si aisĂ©ment. Puis une coulĂ©e, une nuĂ©e d’eau lĂ©gĂšre coulant le long d’une joue au dĂ©part d’un oeil bleu comme l’azur. Pas si facile en fait, car, ces larmes qui ruissellent, sont-elles de chagrin, de colĂšre, d’apitoiement sur soi, de joie, d’hypocrisie, oĂč tout simplement de tristesse ? Ou de folie ? Ou de mĂ©lancolie, Ă  la lecture d’une poĂ©sie romantique ou d’un mĂ©lodrame Ă©mouvant. Tirons nos mouchoirs, et profitons-en pour pour fixer en couleurs cet instant d’abandon…

50x60cm « Les larmes d’Or », galerie Chaos

Conseil. -. Il faut donc choisir, et PEINDRE avec les larmes l’humeur qui va avec, ce qui est autrement plus difficile que de tracer une goutte d’eau sur le modelĂ© d’un visage… Quant Ă  moi, je l’avoue humblement, j’ai trichĂ©, en ne reprĂ©sentant que l’esquisse d’un visage, et toutes les larmes que l’Ăąme en peut contenir. Pour me dĂ©douaner de cette lĂąchetĂ©, j’ai traitĂ© l’oeuvre en couleurs vibrantes sur papier de soie grossiĂšrement froissĂ©, ce qui m’a permis d’obtenir un effet dĂ©coratif (c’est un prĂ©texte pour habiller un tracĂ© trop peu prĂ©sent…) en partant d’une banale crise de pleurs. Laquelle ne se matĂ©rialise que par deux larmes dorĂ©es (qui sont en fait des boucles d’oreilles dĂ©pareillĂ©es incrustĂ©es dans la toile, car il faut bien s’amuser un peu, surtout si la situation est larmoyante…) mais suscite l’interrogation. -. Dis, Christine, pourquoi ce titre ? -. Devine !-

3 réflexions sur “Des larmes d’or

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s