Le gros ventre de L’Odile

 »-. Quasi tous lui pesèrent dessus, sous l’œil indifférent des bestiaux, témoins sans risques des médisances. Si bien qu’à force, elle se sentit prendre de la santé dans le ventre, et grossir de là. Mais, on a beau ne pas être futée sur ces choses de femme, on les apprend vite, surtout lorsque ça remue de plus en plus dans la cosse de votre ventre, au point d’en sentir les coups.

Projet Nativité 1

De Tripon, qui jura sur ses deux 🐎 en bonne santé, à Thibaut, du même acabit qui, d’indignation, en coinça sa chique dans son gosier, chaque coupable sut mentir à souhait. À les entendre, il aurait fallu les payer cher pour fouiller sous les haillons de L’Odile. – Ah non, tout, mais pas ça ! – De leur côté, aucune femme ne soupçonna un instant son propre homme d’avoir si bêtement mis le soc conjugal dans une aussi mauvaise terre. Par contre, toutes pensèrent à celui de la voisine. Mais, comme il fallait, pour l’honneur de tous, un plante-graine ayant bon dos, on eût recours au 😈 lui-même. Si bien que, ouvertement accusée de fornication avec le Malin, L’Odile en déduisit que tous les hommes étaient des 😈. Et, la chose passant sous l’aile de la religion, les femmes traînèrent L’Odile au curé. » Claude Seignolle (Histoires vénéneuses)

3 réflexions sur “Le gros ventre de L’Odile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s