Écrire sa solitude

 »-. Dans les écrits d’un solitaire, on perçoit toujours comme l’écho du désert, comme le chuchotement de la solitude, et les regards effarouchés qu’il jette à l’entour. Dans ses paroles les plus violentes, dans ses cris même, on entend encore une façon neuve et plus dangereuse encore de se taire, de cacher sa pensée. Celui qui a vécu bon an mal an, 🌃 et jour, seul avec son âme, engagé dans la plus intime des querelles et dans le plus secret des dialogues, dans sa caverne -qui peut être un labyrinthe, ou encore une mine d’or- celui-là est devenu un 🐻 des cavernes et un chercheur de trésors. Ou le 🐉 gardien d’un trésor.

Ses idées finissent même par prendre une teinte crépusculaire, une odeur de cave et de moisi, un caractère incommunicable et rébarbatif. Leur souffle glace tous ceux qui passent à portée. Le solitaire ne croit pas que, jamais, un philosophe et s’il est vrai que tout philosophe ait commencé par être solitaire, ait exprimé dans des 💷 ses opinions véritables et ultimes. N’écrit-on pas des 💷, justement, pour dissimuler ce que l’on cache au fond de soi ? » Nietzsche (Par delà le Bien et le Mal)

3 réflexions sur “Écrire sa solitude

  1. Ping : La mine d’or – En équilibre sur un fil à la lisière du rêve et de la réalité,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s