Découvrir les beautés de Nice

 »-. Le cocher, du bout de son fouet, désignait les hôtels, nommait les rues, l’avenue de la Gare, avançant au pas entre les tramways et les voitures. Il traversa plus vite la place Masséna, montrant d’un mouvement de l’épaule le Casino, regrettant qu’on ait couvert le Paillon, cette rivière qui partageait la ville.

60x60cm  »Riviera’‘, galerie Bons baisers de

Mafalda s’était dressée. Devant elle, au-delà des jardins, elle apercevait la mer et, enfoncée à quelques mètres du rivage, la construction métallique du Palais de la Jetée-Promenade, arrimée à la terre ferme comme un navire, les 🌊 s’engouffrant sous les pilotis avec un bruit de machine. Le cocher retenait son 🐎. Derrière eux, indiquait-il, se trouvait le Beau Rivage, cette bâtisse blanche comme un gros morceau de sucre, plus loin devant, le Ruhl, le Negresco, ces gâteaux dorés. Déjà, elle rêvait à haute voix, n’écoutant pas le cocher, qui affirmait avec lassitude que les saisons avaient perdu de leur éclat, les Anglais étaient moins nombreux, les Russes fous comme à l’habitude, et les Belges avares. Il annonçait la fin de la richesse et du faste, une époque dure où les petits messieurs, les prétentieux, règneraient. » Max Gallo (Le beau rivage)

Une réflexion sur “Découvrir les beautés de Nice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s