La nostalgie des Indes

 »-. C’était comme si, depuis qu’elle était arrivée en Angleterre deux mois auparavant, quelqu’un avait décidé d’effacer les couleurs vives et chaudes de sa palette visuelle et de les remplacer par une version plus floue, plus terne, peinte en marron et gris. La désolation du paysage, avec le brouillard qui tombait déjà sur les champs à tout juste trois heures passées, la fit frissonner et la déprima. Elle s’éloigna de la fenêtre.

50x60cm « Bons baisers de Bénarès« , galerie Bons Baisers de

Olivia savait que ses parents étaient tous les deux heureux d’être de retour en Angleterre. Ils pouvaient accepter cette 🏝️ horrible et humide parce qu’ils avaient dans leur mémoire le souvenir de leur patrie. Pour Olivia, c’était différent. Elle n’avait jamais quitté l’Inde depuis sa naissance. Et, à présent qu’elle était arrivée ici, elle ne comprenait pas comment tout ce qu’elle avait entendu dans la 🏡 de ses parents à Pune, toute la nostalgie qu’elle avait perçue chez ceux qui en parlaient, pouvait se rapporter à ce pays morne. Comme les odeurs et les sons du pays de sa naissance lui manquaient ! Les grenades mûres, l’encens, l’huile que son ayah lui appliquait sur ses longs cheveux noirs, les douces chansons qu’entonnaient les domestiques dans la 🏡, les rires des enfants dans les rues poussiéreuses de la ville, les cris des forains du marché qui vantaient leurs marchandises… C’était une image colorée et bruyante qui n’avait rien à voir avec ce pays morne et silencieux. » Lucinda Riley (La 🏡 des orchidées)

2 réflexions sur “La nostalgie des Indes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s