Bric-à-brac de vie

 »-. Ma mère et moi échangions de temps à autre lettres et coups de téléphone. J’en étais au huitième mois de grossesse quand, un beau matin, un mot nous annonça qu’elle allait nous rendre visite, en compagnie de l’amiral. Ce fut panique à bord ! Notre appartement était tout juste assez grand pour contenir mon ventre. La cuisine avait la taille d’un placard, la salle de bains n’admettait qu’une personne à la fois, nous couchions dans un lit escamotable et mangions sur une table à jouer et des chaises pliantes en toile.

60x60cm « Feng shui », galerie La meilleure façon d’Habiter

J’avais décoré la pièce de mes peintures aux couleurs plutôt violentes, de posters et de tissus gitans. Outre ses bars, ses voleurs, ses putes et autres individus louches, le quartier chaud offrait des boutiques de fripes, de disques et de 💷 d’occasion. Un bric-à-brac astiqué et des étagères garnies de 💷 donnaient à l’appartement une sorte de charme excentrique. En bas de chez nous, des drames se déroulaient quotidiennement, des voitures de pompiers faisaient trembler notre immeuble en changeant de vitesse au sommet de la côte, il y avait des femmes battues… et des maris battus, des ivrognes qui cuvaient dans les couloirs de l’immeuble, des bandes rivales de 🐈 de gouttière, et deux belles de 🌃 dans le hall d’entrée. Je savais que mes parents auraient une attaque en voyant où et comment nous vivions. À mon étonnement, cela parut leur être indifférent.’‘ Léon Uris (Les 🦁 de Mitla)

Une réflexion sur “Bric-à-brac de vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s