L’automate

 »-. On raconte qu’un mécanicien anglais, qui avait déjà inventé les machines les plus ingénieuses, s’avisa à la fin de fabriquer un homme, et qu’il y avait réussi. L’oeuvre de ses ✋ pouvait fonctionner et agir comme un homme. Il portait dans sa poitrine de cuir une espèce d’appareil humain, il pouvait communiquer ses émotions !… Et le bruit intérieur de ses rouages, ressorts et échappements, qu’on entendait alors, produisait une véritable prononciation. Enfin, cet automate était un gentleman accompli, et, pour en faire tout à fait un homme, il ne lui manquait qu’une âme.

30x40cm ‘‘ Le petit laboratoire de Christine » d’après le Spoutnik du jardin des histoires de Pougne-Hérisson, galerie Faussaire

Mais cette âme, son créateur ne pouvait la lui donner. Et la pauvre créature, arrivée à la conscience de son imperfection, tourmentait jour et 🌃 son créateur, en le suppliant de lui donner une âme. Cette prière, qui devenait chaque jour plus pressante, finit par devenir tellement insupportable au pauvre artiste qu’il prit la fuite pour se dérober à ne son chef-d’œuvre. Mais la machine-homme prend tout de suite la piste, le poursuit sur tout le continent, ne cesse de courir à ses trousses, l’attrape quelquefois et grogne à ses 👂 –Give me a soul !– (Donnez-moi une âme !)’‘ Gaston Leroux (La poupée sanglante)

3 réflexions sur “L’automate

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s